mercredi 20 décembre 2017

CONSEIL RÉGIONAL | « Les Olympiades 2024 vont consacrer le destin olympique de la base de loisirs de Vaires-Torcy » Publié le 20 décembre 2017

Thi Hong Chau Van est intervenue pour le groupe du Centre et des Démocrates, sur le rapport consacré à la délégation de service public de l’île de loisirs de Vaires-Torcy en Seine-et-Marne. Retrouvez ci-après le texte de son intervention.


"Madame la Présidente,
Monsieur le Vice-Président,
Chers collègues,
L’île de loisirs de Vaires-Torcy proposera bientôt un niveau d’équipement et d’aménagement qualitatif, dédié à toutes les envies.
La vocation du projet est double :
  • Offrir aux riverains et usagers un espace de détente, de pratiques sportives et de loisirs ;
  • Accueillir les sportifs de haut niveau en canoë-kayak et aviron.
Pour assurer la continuité d’une bonne gestion et dans le souci de l’efficacité et la recherche de l’économie, nous ne pouvons qu’approuver le projet de contrat de concession de service de type délégation de service public pour la gestion et l’exploitation de l’île de loisirs de Vaires-Torcy.
Nous vous félicitons pour la qualité de la négociation menée avec l’opérateur qui se traduit par un gain substantiel pour les finances publiques par rapport aux demandes initiales.
Vous l’aurez compris, nous nous réjouissons de voir que ce stade nautique sera le plus moderne et le plus performant en Europe. Il s’insère parfaitement dans un cadre paysager magnifique et éco-responsable et sera le pôle d’attractivité pour le département de la Seine-et-Marne. Les Jeux Olympiques et Paralympiques 2024 vont enfin réaliser le rêve d’un destin olympique de cette base de loisirs.
Je vous remercie."


>> Lire son intervention sur le site du groupe au Conseil régional

mardi 19 décembre 2017

CONSEIL RÉGIONAL | VIDEO – Intervention de Thi Hong Chau Van sur le budget tourisme pour 2018

Retrouvez en vidéo l’intervention de Thi Hong Chau Van sur le budget 2018 dédié au tourisme.

jeudi 14 décembre 2017

Résultat de l'élection du nouveau Conseil départemental du Mouvement Démocrate de Seine-et-Marne

Les adhérents du Mouvement Démocrate de Seine-et-Marne étaient appelés à élire le prochain conseil exécutif du mouvement départemental, ainsi que son président.

Sans surprise, l'intégralité des membres de la liste d'union "Seine-et-Marne Unie" a été élue. Voici donc les nouveaux membres du conseil pour les années 2018, 2019 et 2020, par ordre alphabétique :

Angela AVOND (Chelles) - Conseillère municipale déléguée
Pascale COUGET (Saâcy-sur-Marne)
Gérard GAUDEFROY (Lagny-sur-Marne) - Conseiller municipal délégué
Laetitia HELUIN (Esmans) - Conseillère municipale
Evelyne HUBERT (Dammarie-les-Lys)
Jonathan LACHAIZE (Fontenay-Trésigny)
Claude LOUIS (Bussy-Saint-Georges)
Aude LUQUET (Melun) - Députée de la 1ère circonscription de Seine-et-Marne
Alain MAMOU (Chelles) - Maire-adjoint, conseiller communautaire (CA Paris Vallée de la Marne)
Cyril MARSAUD (Chessy)
Anne MORIN (Le Mée-sur-Seine) - Conseillère municipale déléguée, conseillère communautaire (CA Melun Val de Seine)
Pierre PARIZIA (Emerainville) - Maire-adjoint
Fabrice SUBIRADA (Savigny-le-Temple) - Conseiller municipal
Laure SURIC (Claye-Souilly)
Joël SURIER (Saint-Mammès) - Conseiller municipal, conseiller communautaire (CC Moret Seine et Loing)
et Thi Hong Chau VAN (Bussy-Saint-Georges) - Conseillère régionale, maire-adjointe et conseillère communautaire (CA Marne et Gondoire), membre de droit du Conseil départemental du MoDem 77.

Élection de la présidence du MoDem 77


En ce qui concerne l'élection du président du mouvement départemental, un deuxième tour opposera Alain MAMOU, maire adjoint de Chelles et conseiller communautaire de Paris Vallée de la Marne, et Cyril MARSAUD adhérent de Chessy, durant le 1er trimestre 2018.

samedi 25 novembre 2017

Prison de Melun. Aude Luquet : « Le déplacement ne se fera pas en claquant des doigts » | La République de Seine-et-Marne

Élue députée de la 1re circonscription au mois de juin, Aude Luquet (MoDem) fait un 1er bilan de sa mandature, à l'Assemblée nationale et en circonscription. Interview.

La députée Aude Luquet, ici en visite à la prison de Melun est membre du groupe d’études « prisons et conditions carcérales » (DR)


La République de Seine-et-Marne : Cinq mois après votre élection, quel bilan faites-vous de votre activité parlementaire ?

Aude Luquet : Il y a eu un temps d’adaptation car c’est un mandat très différent de celui d’élu local. J’ai dû démissionner de mon travail de directrice des services à la communauté de communes de la Brie des rivières et châteaux car il n’y a aucun temps mort, entre le travail en commission, en circonscription. Les questions au Gouvernement ne sont que la partie émergée de l’iceberg. Il y a une organisation personnelle à trouver car il y a beaucoup de sujets et de sollicitations.

LRSM : Concrètement, comment se déroule votre travail ?

AL : Je fais partie de la commission développement durable et aménagement du territoire, présidée par Barbara Pompili et je suis rapporteure de la mission d’évaluation de la loi relative à la sécurité dans les transports. Niveau groupe je suis au sein de la formation MoDem avec 47 députés. Loi de moralisation, hydrocarbures, sécurité ou finances il y a eu beaucoup de travail depuis l’été. On sent la responsabilité qui nous incombe.

Lire la suite sur Actu.fr (La République de Seine-et-Marne)

vendredi 22 septembre 2017

CONSEIL RÉGIONAL | Simplification du fonctionnement du conseil régional

Thi Hong Chau Van est intervenue en séance plénière au sujet du projet de simplification du fonctionnement du conseil régional.



>> Retrouvez le texte de cette intervention sur le site du groupe au Conseil régional

vendredi 7 juillet 2017

CONSEIL RÉGIONAL | Le groupe CD soutient la politique internationale de la Région en matière de développement économique et de création d’emplois à Madagascar et au Vietnam

Thi Hong Chau Van est intervenue en séance plénière pour défendre la coopération de la Région avec Antananarivo (Madagascar) et Hanoi (Vietnam) avec une transformation et une modernisation des Instituts des Métiers. Cette coopération s’inscrit dans la stratégie internationale de l’Île-de-France pour le développement économique et la création de nouveaux emplois.

>> Lire la suite sur le site du groupe au Conseil régional

Assemblée nationale : découvrez les députés du groupe "Modem et apparentés"

La constitution du groupe MoDem se finalise à l'Assemblée nationale par une liste de 47 députés.

Élus le 18 juin dernier, nos députés sont déterminés à soutenir le projet présidentiel et à être “les porte-voix du peuple français” comme l'exprimait hier Marc Fesneau, président du groupe, devant le Congrès réuni à Versailles.

Groupe MoDem & Apparentés

Bravo à Aude Luquet, élue députée de la 1ère circonscription de Seine-et-Marne et qui siégera dans la commission du développement durable et de l’aménagement du territoire.

Répartition des députés du groupe selon les commissions :

Erwan Balanant, Membre de la commission des lois
Géraldine Bannier, Membre de la commission des affaires culturelles et de l'éducation
Jean-Noël Barrot, Vice-président de la Commission des Finances
Justine Bénin, Membre de la commission des affaires sociales
Philippe Berta, Membre de la commission des affaires culturelles et de l'éducation
Philippe Bolo, Membre de la commission des affaires économiques

lundi 22 mai 2017

Élections présidentielle et législatives 2017 : Communiqué du Mouvement Démocrate de Seine-et-Marne

Le Mouvement Démocrate de Seine-et-Marne se réjouit de la composition du Gouvernement Philippe et soutient les candidats “La République, En marche” pour les élections législatives en Seine-et-Marne.


Quelques jours après l’élection d’Emmanuel Macron à la présidence de la République, le Mouvement Démocrate de Seine-et-Marne (MoDem 77) a accueilli avec intérêt l’annonce de la composition du Gouvernement Edouard Philippe.

La présence de femmes et d’hommes de la société civile, de personnalités politiques aguerries, ainsi que la parité, sont un premier signe du respect des engagements pris par Emmanuel Macron durant la campagne pour l’élection présidentielle.

Par ailleurs, la nomination de trois personnalités du Mouvement Démocrate à des postes clés du Gouvernement, à savoir :

  • François Bayrou, ministre d’État, Garde des Sceaux, ministre de la Justice,
  • Sylvie Goulard, ministre des Armées, et
  • Marielle de Sarnez, ministre chargée des Affaires européennes,

constitue un gage de la volonté de s’inscrire dans un nouvel espace politique devant mener à un vrai changement des pratiques et des orientations.

Le MoDem 77 souhaite donc toute la réussite possible au nouveau Gouvernement d’Édouard Philippe pour améliorer la vie des Français et la position de la France et de la France en Europe et dans le monde.

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES


Conscient que cette réussite passe par une Assemblée nationale la plus favorable possible au programme proposé par Emmanuel Macron, le MoDem 77 a évalué avec attention les candidatures retenues par La République, En Marche ! et le Mouvement Démocrate pour les élections législatives à venir.

Le MoDem 77 soutiendra l’ensemble des candidats LREM et MoDem dans le département et souhaite travailler avec tous ceux qui seront élus en juin prochain.

vendredi 19 mai 2017

CONSEIL RÉGIONAL | Pour une nouvelle politique de la ville

À l'occasion de la séance plénière des 18 & 19 mai 2017, Thi Hong Chau Van s’est exprimée sur la nouvelle politique de la ville.

>> Lire la suite sur le site du groupe au Conseil régional

mercredi 3 mai 2017

Élection présidentielle - 2e tour : Communiqué du Mouvement Démocrate de Seine-et-Marne

Le Mouvement Démocrate de Seine-et-Marne soutient Emmanuel Macron au deuxième tour de l’élection présidentielle

À quelques jours du second tour de l’élection présidentielle, le Mouvement Démocrate de Seine-et-Marne se prononce clairement, comme au premier tour, en faveur d’Emmanuel Macron.

Alors que le bon score du candidat des Insoumis et la qualification pour le second tour de la candidate du Front National expriment la volonté des Français de renouveler la classe politique nationale et la politique qui est menée pour le pays, la déroute du Partis Socialiste et la défaite du candidat des Républicains annoncent eux que les conditions pour la recomposition du paysage politique français sont réunies.

Le Mouvement Démocrate de Seine-et-Marne rappelle que son soutien à Emmanuel Macron est lié à l’alliance passée entre François Bayrou et Emmanuel Macron. Pour rappel, cette alliance a été rendue possible sous les quatre conditions suivantes :

  1. parvenir à “une véritable alternance, un vrai changement des pratiques et des orientations et non pas un recyclage des pratiques antérieures”,
  2. faire adopter “une loi de moralisation de la vie publique, en particulier de lutte contre les conflits d’intérêt”,
  3. résister à la pente universelle qui cherche à réduire sans cesse la rémunération du travail, indépendant ou salarié”, et
  4. parvenir à “un changement pour notre démocratie pour que le pluralisme qui est la véritable expression du pays soit enfin respecté au sein de notre vie publique, et au sein du Parlement”.

Le Mouvement Démocrate de Seine-et-Marne appelle ainsi à voter, dimanche 7 mai, pour Emmanuel Macron.

vendredi 10 mars 2017

Le Modem Seine-et-Marne en faveur de l’alliance avec Macron

La délégation seine-et-marnaise de la formation centriste portée par François Bayrou a soutenu l'alliance avec En Marche et Emmanuel Macron.

Le Modem s'est allié à la candidature d'Emmanuel Macron, ici lors de sa visite en dernier à Château-Thierry. (©archives Le Pays Briard)
Une alliance, mais sous conditions. François Bayrou a proposé au niveau national un rapprochement avec la formation d’Emmanuel Macron, En Marche. Une démarche qui a été soutenue au niveau local et notamment par le Mouvement Démocrate (Modem) de Seine-et-Marne, au cours de sa dernière assemblée générale. Cette dernière avait lieu dans la commune de Pontault-Combault. « L’assemblée a voté à 82 % en faveur de l’alliance entre le Mouvement Démocrate et en Marche, proposée par François Bayrou à Emmanuel Macron pour les prochaines échéances présidentielles et législatives », souligne ainsi la formation dans un communiqué.

Lire la suite sur Actu.fr

lundi 27 février 2017

Le MoDem 77 favorable à l'alliance avec En Marche et Emmanuel Macron


  1. Les adhérents du Mouvement Démocrate de Seine-et-Marne ont approuvé à une large majorité le soutien de François Bayrou à Emmanuel Macron.
  2. Le soutien du MoDem 77 à cette alliance est basé sur le respect des conditions énoncées le 22 février 2017 par François Bayrou.
  3. Pour le MoDem 77, cette alliance devra se faire dans le respect de l’identité et des différences des deux entités.
  4. En Seine-et-Marne, cette alliance ponctuelle ne remet en cause en aucun cas le bon travail effectué depuis 2014 avec des élus d’autres groupes et partis.

1/ Le MoDem 77 soutient l’alliance avec En Marche proposée par François Bayrou


L’assemblée générale du Mouvement Démocrate de Seine-et-Marne s'est tenue le vendredi 24 février 2017 à Pontault-Combault. Elle a voté à 82 % en faveur de l’alliance entre le Mouvement Démocrate et En Marche, proposée par François Bayrou à Emmanuel Macron pour les prochaines échéances présidentielle et législatives.

2/ Cette alliance se base sur le respect des quatre conditions du 22 février 2017


Le soutien du MoDem 77 à cette alliance ne signifie pas que ses membres acceptent sans réserve l’intégralité des orientations et propositions d’En Marche. Ce soutien a été rendu possible par les quatre conditions qu’a imposées François Bayrou à Emmanuel Macron, à savoir :

  1. parvenir à “une véritable alternance, un vrai changement des pratiques et des orientations et non pas un recyclage des pratiques antérieures”,
  2. faire adopter “une loi de moralisation de la vie publique, en particulier de lutte contre les conflits d’intérêt”,
  3. résister à la pente universelle qui cherche à réduire sans cesse la rémunération du travail, indépendant ou salarié”, et
  4. parvenir à “un changement pour notre démocratie pour que le pluralisme qui est la véritable expression du pays soit enfin respecté au sein de notre vie publique, et au sein du Parlement”.

3/ Le respect de l’identité et des différences des deux entités


Cette alliance entre le Mouvement Démocrate et En Marche ne signifie en aucun cas un abandon de notre indépendance et de nos idées pour la France, l’Europe et la démocratie.

C’est pour cela que le Mouvement Démocrate de Seine-et-Marne se réserve le droit de proposer des candidats aux élections législatives partout dans le département, en accord avec ses instances nationales. Des discussions avec les représentants seine-et-marnais d’En Marche sont prévues pour parvenir à des accords.

Parallèlement à cela, le MoDem 77 sera particulièrement vigilant à ce que cette alliance avec En Marche ne se transforme pas en une solution de retrait pour les déçus de la primaire socialiste.

4/ Une alliance à l’échelon national


Le MoDem Seine-et-Marne tient enfin à marquer la différence entre, d’un côté,

  • les échéances nationales où le besoin d'une véritable alternative plus que d'une simple alternance a poussé François Bayrou à faire ce choix difficile, et, d’un autre côté,
  • la politique locale seine-et-marnaise où, depuis 2014, les accords passés avec LR et l’UDI ont permis d'obtenir des résultats positifs.

Suivant ces quatre points, le Mouvement Démocrate de Seine-et-Marne va maintenant travailler pour construire l’alternative tant attendue au niveau national.

jeudi 23 février 2017

Déclaration de François Bayrou à la presse, soutien à Emmanuel Macron



“J’ai examiné depuis plusieurs semaines tous les éléments de l’état de notre pays.

Je veux vous dire la gravité de la situation.

Jamais, dans les cinquante dernières années, la démocratie en France n’a connu une situation aussi décomposée.

Le bilan du gouvernement sortant est tel aux yeux des Français que les primaires de la gauche ont choisi comme candidat un opposant déterminé à la politique suivie depuis le début du quinquennat. Cela veut tout dire : le parti du président et du gouvernement sera représenté par un opposant !

À droite, le dévoilement des affaires révèle non seulement l’existence de privilèges et de dérives, mais ce qui est plus choquant encore l’acceptation tacite et presque unanime de ces abus. Toujours davantage de privilèges pour ceux qui sont en haut, toujours davantage d’efforts exigés de ceux qui sont en bas : cette situation pose d’immenses problèmes moraux, d’immenses problèmes pour l’unité du pays, mais aussi d’immenses problèmes électoraux. Un argument utilisé me choque particulièrement : ils disent « tout le monde fait ça ! ». Je veux dire ici que ce n’est pas vrai, et c’est une accusation infamante pour l’immense majorité des élus français.

En fait toutes les candidatures posent des questions auxquelles les Français ne trouvent pas de réponse, au point que la majorité d’entre eux aujourd’hui affirme qu’ils ne savent pas pour qui voter. Un peuple qui ne croit plus à sa vie publique est un peuple en danger.

Cette situation nourrit le pire des risques : une flambée de l’extrême-droite, qui fait planer la menace d’un danger majeur et immédiat pour notre pays et pour l’Europe. Car en un seul scrutin, nous pouvons choisir l’échec de notre pays et la déchirure peut-être définitive de l’Union européenne ! C’est-à-dire une double condamnation à l’effacement et des épreuves lourdes pour chacune des familles, pour chacune et chacun d’entre nous.

Dans cette situation, je mesure ma responsabilité personnelle et celle du courant politique dont j’ai la charge.

Deux voies s’offrent à moi, étant donné que l’aveuglement où s’est enfermée la droite française m’empêche de réaliser l’accord dont j’avais rêvé avec Alain Juppé et nombre de Républicains.

Ces deux voies sont la candidature devant les Français ou la recherche d’une solution inédite.

J’ai reçu depuis des semaines de très nombreux messages et témoignages m’encourageant à me présenter pour défendre une vision cohérente de l’avenir du pays, cette résolution française que je viens d’exprimer dans un livre. Ces messages ont du sens, et disent beaucoup pour moi. Je les reçois à leur juste valeur comme une marque de confiance. Et pourquoi le nier, l’attrait de cette bataille correspond à la fois à ma pente et à mon goût.

Mais nous sommes dans une situation d’extrême risque, et à cette situation exceptionnelle, je pense qu’il faut une réponse exceptionnelle, à la hauteur des périls qui menacent notre pays et notre État. Or j’en ai la conviction, la dispersion des propositions et des suffrages ne peut qu’aggraver ces périls.

Parce que le risque est immense, parce que les Français sont désorientés et souvent désespérés, j’ai décidé de faire à Emmanuel Macron une offre d’alliance. Je lui dis : le danger est trop grand, il faut changer les choses, et le faire d’urgence, unissons nos forces pour y parvenir ! C’est peut-être un geste d’abnégation, mais ce sera aussi je le crois un geste d’espoir pour notre pays.

Cette offre d’alliance comporte des exigences, qui sont toutes d’intérêt général :


  1. D’abord, je veux qu’il sache que ce qui est attendu de cette majorité nouvelle, par les Français et par nous-mêmes, le grand courant du centre français, c’est une véritable alternance, un vrai changement des pratiques et des orientations et non pas un recyclage des pratiques antérieures.
  2. Je demande expressément que le programme du candidat comporte en priorité une loi de moralisation de la vie publique, en particulier de lutte contre les conflits d’intérêt. Je refuse, comme je l’ai refusé toute ma vie que des intérêts privés, de grands intérêts industriels ou financiers, prennent la vie publique en otage. Je ne cèderai rien sur la séparation nécessaire de la politique et de l’argent. C’est l’occasion ou jamais de l’imposer.
  3. Ensuite, je souhaite qu’il soit clair que la France résistera à la pente universelle qui cherche à réduire sans cesse la rémunération du travail, indépendant ou salarié. La France, c’est une vision du monde : une vision de résistance à la loi du plus fort. La politique d’unité qu’il faut conduire fait toute sa place à ceux qui réussissent, mais elle doit protéger et entraîner, et rassurer ceux qui sont maintenus au bas de l’échelle et leur offrir des chances de s’en sortir.
  4. Enfin, il faut un changement pour notre démocratie pour que le pluralisme qui est la véritable expression du pays soit enfin respecté au sein de notre vie publique, et au sein du Parlement. Je n’accepte pas, et des millions de Français avec moi que les deux tiers des citoyens n’aient aucune représentation alors que le tiers restant, les deux partis qui gouvernent la France sans interruption depuis des décennies trustent la totalité de cette représentation.


Voilà la proposition que je fais.

Cette alliance peut apporter au pays, et elle peut apporter à ceux qui la forment. Emmanuel Macron est brillant : ses intuitions et son approche lui ont permis de réaliser une importante percée dans les sondages. Peut-être enfin le projet de dépassement des clivages que j’ai porté depuis quinze ans est-il à portée de la main. Je n’ai pas l’habitude de renier mes rêves et mes objectifs.

Je crois que cette alliance peut aider de manière décisive à faire entrer dans la réalité ce qui apparaissait à beaucoup impossible. Si nous y parvenons, nous pouvons faire de grandes choses ensemble, pour un pays qui a besoin de croire à nouveau à quelque chose, à une voie nouvelle que la force des habitudes avait empêché depuis cinquante ans, pour son plus grand malheur. L’enjeu de cette alliance, si elle se crée, c’est de rendre l’espoir aux Français déboussolés.

Je veux y ajouter une note plus personnelle.

Je crois que cette alliance peut être aussi une entente, d’homme à homme, de courant à courant. Nous avons des approches différentes, des expériences politiques différentes, des enracinements différents. La confrontation de ces visions et de ces idées, l’influence de l’une sur l’autre, la conviction des uns partagée avec la conviction des autres, apportera à la campagne électorale et beaucoup aussi à l’aventure humaine qu’une telle campagne suppose et représente.

Une majorité, cela se construit à partir d’histoires différentes, de familles politiques différentes, à condition qu’elles soient respectées en elles-mêmes et pour elles-mêmes, avec toute leur identité, toutes leurs armes et tout leur bagage.

Voilà le parti que j’ai pris. J’ai toujours été du côté des rassemblements quand le pays est en difficulté ou en danger. J’ai la conviction qu’il sera impossible après l’élection présidentielle et les élections législatives de gouverner la France sans d’importants efforts de coopération et de travail en commun des grandes forces démocratiques, de la droite républicaine jusqu’à la gauche réformiste. En faisant cette offre d’alliance, c’est cette nécessité du rassemblement que j’ai présente à l’esprit comme un horizon nécessaire pour notre pays.

Je suis heureux de pouvoir montrer autrement que par des mots que l’heure exige que nous dépassions nos intérêts personnels et partisans, pour construire l’avenir que la France mérite.”

Paris, le mercredi 22 février 2017 - François Bayrou

lundi 23 janvier 2017

CONSEIL RÉGIONAL | Budget 2017 : « Coopération internationale et tourisme : l’Ile-de-France réaffirme son ambition de solidarité et d’attractivité »

Examen et vote du budget primitif : THI HONG Chau Van a rappelé lors des débats budgétaires que l’ambition de la Région dans le domaine international est de financer des actions concrètes plutôt que des structures sur place. « Il nous appartient d’inventer la coopération de l’ère du numérique. Dans le domaine du tourisme, le budget répond tout à la fois aux inquiétudes liées aux attentats et à la crise structurelle d’un secteur exposé à une vive concurrence des grandes métropoles mondiales » a souligné la conseillère régionale du groupe CD.

>> Lire la suite sur le site du groupe au Conseil régional

lundi 9 janvier 2017

CONSEIL RÉGIONAL | Dossier de presse « Idées pour l’Ile-de-France » : contribution des élus MoDem pour faire avancer notre région

À l’occasion des vœux du groupe du Centre et des Démocrates le mardi 10 janvier au Conseil régional, les élus MoDem présenteront leur contribution « Idées pour l’Ile-de-France », fruit d’un travail mené depuis le début de la mandature. Ce dossier de presse reprend l’essentiel des propositions de ce document qui, sera rendu public dans les jours à venir.

Pour cette première contribution, les élus du groupe CD ont souhaité mener une réflexion sur 5 grandes thématiques : la qualité de l’air, la gouvernance francilienne, la formation professionnelle, l’innovation et les nouvelles mobilités.

>> Lire la suite sur le site du groupe MoDem au Conseil régional