dimanche 21 octobre 2018

CONSEIL RÉGIONAL | Newsletter #9

FOCUS
L’ACTION DES ÉLUS MODEM EN SÉANCE ET EN COMMISSION

« Une coopération internationale tournée vers la francophonie »
Thi Hong Chau Van, vice-présidente de la commission coop. internationale

Chau Van, élue MoDem seine-
et-marnaise au Conseil régional.
La nouvelle stratégie régionale pour la coopération internationale a été adoptée. Elle définit un axe clair pour notre action à l’internationale autour de la francophonie. Nous avons fait le choix de privilégier les projets qui promeuvent la langue française, que ce soit dans les territoires historiquement francophones ou ceux qui sont francophiles. Notre but est de défendre la place du français et son usage entre un anglais omniprésent et un mandarin en pleine ascension, notamment lors des grandes manifestations où le français est pourtant langue officielle comme les Jeux Olympiques. Désormais nous entrons dans une phase de recherche de porteurs de projets que nous sommes prêts à soutenir et à accompagner.

Lire le reste de la newsletter #9 sur le site de nos élus au Conseil régional

vendredi 5 octobre 2018

Conférence de rentrée des élus MoDem du Conseil régional

À l’occasion de leur rentrée au Conseil régional d’Île-de-France, les élus du Groupe du Centre et des Démocrates ont présenté leur bilan de mi-mandat aux militants franciliens du MoDem.
Pour preuve des changements apportés en 3 ans, cette conférence habituelle avait lieu pour la première fois au nouveau siège installé au cœur de Saint-Ouen comme symbole d’une Région qui s’intéresse à tous les territoires et qui réalise d’importantes économies sur son train de vie pour augmenter ses investissements. 
Les élus du Groupe CD sont revenus sur leurs deux priorités – l’apprentissage et la qualité de l’air – pour faire un état des lieux de leurs initiatives. Ils ont également détaillé les avancées obtenues depuis leur élection en faveur de la santé et des solidarités
Retrouvez le document retraçant le travail des élus en cliquant sur ce lien : Bilan des 3 ans (pdf)
Photo de groupe avec les élus MoDem du Conseil régional d'Ile-de-France.

lundi 1 octobre 2018

Plan Pauvreté : "Nous devons offrir aux sans-abri un parcours de reconstruction qui leur permette de s'en sortir durablement"

Aude Luquet, députée de la 1ère
circonscription de Seine-et-Marne
Lors de la séance de questions au gouvernement, Aude Luquet a interpellé le ministre de la Cohésion des territoires, Jacques Mézard, au sujet du "plan pauvreté" présenté par le président de la République. La députée de Seine-et-Marne a insisté sur la nécessité de proposer des mesures d'accompagnement de long terme aux sans-abri, pour leur permettre de sortir durablement de leur situation et de retrouver un emploi.

Retrouvez sa question ainsi que la réponse du ministre en vidéo sur le site du Groupe MoDem à l'Assemblée nationale ou ci-dessous :

mercredi 26 septembre 2018

AN 1 - COMPTE-RENDU DE L'ACTION DU GROUPE MODEM ET APPARENTÉS

À l'issue d'une première année de mandature, découvrez le bilan du groupe Mouvement Démocrate et apparentés en cliquant sur ce lien (pdf).



Inscrivez-vous également à la newsletter du groupe en suivant ce lien.

mercredi 1 août 2018

CONSEIL RÉGIONAL | Newsletter #8

CARNETS DE TERRAIN
LES ÉLUS MODEM SUR LE TERRAIN EN SEINE-ET-MARNE

Les élus MoDem continuent de parcourir l’Île-de-France pour rencontrer les porteurs de projets et évaluer les dispositifs régionaux votés depuis le début du mandat.

Rencontre des élus MoDem avec le Maire de Bussy-St-Georges et des élus du Conseil municipal.
Après le Val-de-Marne et Paris, et une semaine seulement après l’Essonne, les élus MoDem au Conseil régional d’Île-de-France se sont rendus mardi 19 juin dans le Nord de la Seine-et-Marne afin d’évaluer les dispositifs régionaux et d’approfondir leur connaissance de ce territoire en pleine mutation.

Epamarne, au cœur des problématiques logement et emploi

Première étape, un aperçu des transformations urbaines et économiques en cours avec le Directeur du développe- ment d’EPAMARNE, l’un des deux aménageurs de Marnela-Vallée, co-géré par l’Etat et les collectivités locales. Ils ont ainsi pu examiner les projets en cours visant à répondre au besoin exponentiel de logements et d’emplois, tout en respectant des standards élevés de protection environnementale. Conformément à la nouvelle orientation régionale, EPAMARNE participe à la structuration d’une filière francilienne de la construc- tion en matériaux bio-sourcés. Les élus ont ainsi constaté les efforts de l’aménageur face aux difficultés qui persistent pour utiliser les immenses ressources forestières françaises.

Bussy-St-Georges, témoin de la diversité francilienne 

Direction ensuite l’esplanade des religions à Bussy-Saint-Georges pour une présentation de ce projet atypique qui vise à créer un lieu œcuménique, représentatif de la diversité de la ville, à l’image de la diversité de l’Île-de-France dans son ensemble. Les élus ont pu visiter la pagode bouddhique taïwanaise, la plus grande d’Europe.

Développer le télé-travail et renforcer l’attractivité de la grande couronne

Après un déjeuner avec les élus du territoire, les conseillers régionaux ont rencontré deux entrepreneures franciliennes de Bussy-Saint-Georges, ayant récemment bénéficié d’un soutien régional. La rencontre avec Cécile Delattre, créatrice d’“Au Cowork”, a permis aux élus, et notamment à Marie-Christine Dirringer (déléguée spéciale à la Smart Région) de faire un point sur la stratégie régionale visant 1000 tiers lieux en 2021. L’aménagement de ces nouveaux espaces permettra le développement du télétravail afin de réduire la congestion des routes et des transports en commun, et d’améliorer la qualité de vie au travail.

Encourager l’apprentissage en simplifiant les formalités

Le groupe a ensuite rendu visite à une entrepreneure ayant ouvert son propre salon de beauté indépendant qui recrute régulièrement des apprentis dans un secteur porteur d’opportunités. Les élus ont pu échanger sur les mesures de simplification entreprises par la Région. Ces derniers permettront d’atteindre les 100 000 apprentis avant la fin du mandat. Ils ont également pu échanger sur la portée de la réforme actuellement en cours d’examen au Parlement.

Lire le reste de la newsletter #8 sur le site de nos élus au Conseil régional

dimanche 8 juillet 2018

Aude Luquet met en valeur le terroir melunais à l'Assemblée

« AOC depuis 1980, AOP depuis 1992, ce fromage de terroir est considéré comme l'ancêtre de tous les fromages de la Brie ». Quelque 70 personnes, dont la confrérie du Brie de Melun et des responsables publics et privés locaux, guidés par la députée Aude Luquet, ont pu assister à cette démonstration délocalisée en pleine Assemblée nationale.

La députée de la première circonscription s'est rendue récemment en chambre basse, accompagnée d'élus et de la Confrérie du Brie de Melun, pour défendre « l'ancêtre de tous les fromages de la Brie ». (c) DR
« J'ai souhaité organiser cet évènement pour valoriser notre terroir, nos agriculteurs, nos artisans. Leur travail, leur savoir-faire, font vivre nos traditions, notre histoire, et sont des leviers essentiels au dynamisme économique de notre région », a indiqué Aude Luquet, s'adressant notamment aux députés Sarah El Haïry (porte-parole du Modem), Michèle Peyron (député Lrem) et Michel Vialay (député LR).

Lire la suite sur LeMoniteur77.com

samedi 23 juin 2018

CONSEIL RÉGIONAL | Newsletter #7

FOCUS
L’ACTION DES ÉLUS MODEM EN SÉANCE ET EN COMMISSION

Développement d’une plateforme multilingue
Thi Hong Chau Van, conseillère régionale de Seine-et-Marne


« La maîtrise des langues étrangères est de plus en plus essentielle dans le cadre professionnel, en particulier en Île-de-France qui accueille de nombreuses entreprises étrangères. Elles ont besoin de pouvoir embaucher des personnes qui parlent plusieurs langues. Or le niveau des Franciliens en langues étrangères pourrait être bien meilleur.

Cette plate-forme gratuite va permettre aux Franciliens d’étudier d’abord l’anglais, l’allemand et l’espagnol et bientôt, de nouvelles langues seront ajoutées. Il ne s’agira pas d’un enseignement académique mais bien d’un enseignement à but professionnalisant. La gratuité est voulue et assumée, nous voulons en faire un outil massif, surtout pour les personnes qui n’ont pas les moyens de financer l’apprentissage d’une langue étrangère. »

Téléchargez la newsletter #7 en entier sur le site de nos élus au Conseil régional (pdf)

vendredi 1 juin 2018

Seine-et-Marne – La députée Aude Luquet veut alerter sur les dangers de la NASH, la « maladie du soda »

La députée Aude Luquet (MoDem) a interrogé la ministre de la Santé concernant la stéatohépatite non-alcoolique (Nash), parfois appelée maladie du soda et liée au surpoids.

La députée Aude Luquet (MoDem) souhaite sensibiliser les parents sur une pathologie méconnue liée à l’absorption importante de sodas (©La Rép 77/DR)
« Un mal nouveau qui se propage insidieusement. » La députée de Seine-et-Marne Aude Luquet (MoDem), s’inquiète quant au développement d’une maladie intimement liée à la consommation d’aliments ou boissons trop gras et sucrés. Lors d’une séance de question au Gouvernement, fin mai, elle a notamment interrogé la ministre de la santé concernant la Nash.

Lire la suite sur Actu.fr (La République de Seine-et-Marne)

mercredi 18 avril 2018

Logements sociaux : Aude Luquet milite pour un assouplissement des amendes

À l’Assemblée nationale, la députée (MoDem) a demandé à Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires, si l’obligation des 25 % ne pouvait être appréhendée de façon intercommunale.

Melun, 5 avril. La députée Aude Luquet (MoDem) a demandé au ministre Jacques Mézard s’il n’était pas « plus pertinent » d’appréhender de façon intercommunale la loi SRU qui exige en Ile-de-France 25 % de logements sociaux dans les communes de plus de 1 500 habitants. LP/Sophie Bordier
Atteindre 25 % de logements sociaux est parfois un casse-tête pour les communes de la Communauté d’agglomération Melun Val de Seine (CAMVS) qui doivent s’y plier à partir de 1 500 habitants. Pourtant, globalement, elle dépasse ce seuil avec 33 % de logements sociaux, portés à 86 % par les trois villes centre (43,8 % au Mée-sur-Seine, 43,7 % à Dammarie-les-Lys et 42,3 % à Melun en 2014) sur les vingt qui constituent l’agglomération. Ne serait-il pas « plus pertinent » d’appréhender la loi SRU de façon intercommunale ? C’est la question posée par la députée de la 1re circonscription de Seine-et-Marne, Aude Luquet (MoDem) à l’Assemblée nationale à Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des Territoires.

Lire la suite sur LeParisien.fr

vendredi 6 avril 2018

CONSEIL RÉGIONAL | Newsletter #6

CHAMP LIBRE
« NOUS DEVONS AMÉLIORER L’INTÉGRATION DES ÉTRANGERS »

"Pourquoi avoir choisi de porter un vœu sur l’intégration des étrangers en Ile-deFrance ?

Nathalie Elimas : Ce sujet est d’une actualité brûlante. Nous allons bientôt étudier au Parlement le projet de loi pour une immigration maîtrisée et un droit d’asile effectif et le député Aurélien Taché a produit un rapport de qualité sur l’intégration des étrangers en situation régulière et particulier de leur intégration économique.

Sandrine Lamiré-Burtin : Notre volonté était également de faire le lien entre le travail des élus MoDem des majorités nationales et régionales. Certaines des recommandations du rapport d’Aurélien Taché relèvent des compétences des conseils régionaux, nous avons donc décidé d’anticiper et de faire en sorte que l’Ile-de-France soit aux avant-postes de ces questions. Cela est d’autant plus pertinent que l’Ile-de-France est la première région d’accueil d’étrangers en France avec plus de 40% du total annuel.

Quelles sont les principales lacunes de l’intégration des primo-arrivants aujourd’hui en France ?

Chau Van : L’insertion linguistique, économique et sociale des personnes que nous accueillons est insuffisante. Le Contrat d’Intégration Républicaine fut une première étape mais avec 200 heures d’apprentissage du français sur une année c’est encore trop peu. Songeons qu’en Israël par exemple les primo-arrivants bénéficient de 500 heures d’apprentissage de l’hébreu en cinq mois.

Nathalie Elimas : D’un point de vue plus national, il manque au CIR un volet relatif à l’insertion professionnelle alors que c’est une des clés de l’autonomie et de la participation à la vie de la société française. Rappelons qu’en France, les inégalités d’accès à l’emploi entre étrangers et personnes nées dans le pays sont 15 points supérieures à la moyenne européenne. C’est pour cela que nous avons voulu que notre vœu porte sur ce thème précis.

Quelles dispositions contient ce vœu ?

Sandrine Lamiré-Burtin : Notre vœu comporte six points qui visent à assurer cette meilleure intégration des étrangers. Il s’agit principalement de mobiliser le service public régional de l’orientation pour qu’il prenne en compte les spécificités de ces personnes.

Chau Van : Ce vœu s’inscrit pleinement dans les compétences du conseil régional. Nous souhaitons que les mesures proposées puissent être appliquées au plus vite. Nous allons rendre disponible l’offre de formation à laquelle peuvent accéder les primo-arrivants, favoriser le développement de formation avec peu de pré-requis linguistique et soutenir les démarches d’accompagnement des entreprises et des associations."

jeudi 11 janvier 2018

CONSEIL RÉGIONAL | 77 – Édition départementale de la Newsletter #5

Chers amis seine-et-marnais,

En deux années de travail au Conseil régional, nous avons mené une politique ambitieuse pour transformer l’action régionale et redresser les comptes de la collectivité. Notre objectif est clair :  réduire les fractures entre les territoires dans l’une des région les plus marquées par les inégalités.

La Seine-et-Marne était le parent pauvre des de l’action régionale sous la précédente mandature. Les grands projets lancés depuis 2015 pour les déplacements en grande couronne et le développement des communes rurales nous ont permis de rééquilibrer l’effort régional.

La révolution des transports s’est traduite en janvier 2017 par une commande record de 700 rames de RER et Transilien pour renforcer la ponctualité des lignes et améliorer le confort des usagers. Nous nous sommes aussi attelés à lancer enfin l’électrification de la Ligne P qui était délaissée par les pouvoirs publics et avons renforcé la fréquence des arrêts de certaines gares comme celle de Bussy-Saint-Georges. Nous avons ensuite élaboré un grand plan de rénovation et de construction de lycées pour faire face à la croissance démographique, comme dans le secteur de Marne-la-Vallée. Je suis enfin fière que ce soit en Seine-et-Marne, à Serris, que la Région lance son premier Campus des métiers opérationnel dédié au tourisme.

Vous retrouverez les principaux efforts menés cette année dans cette newsletter ainsi que les travaux passionnants qui attendent en 2018.

Vous pourrez continuer à compter sur les élus du Groupe du Centre et des Démocrates pour vous écouter. Nous vous adressons nos meilleurs vœux pour cette nouvelle année.

Thi Hong Chau Van

Conseillère régionale de Seine-et-Marne

Vous pouvez retrouver ici la newsletter #5 pour le département de la Seine-et-Marne (pdf)